Comment Amazon Go marque le début d’un changement dans le monde de l’emploi

 

 

Le 5 décembre, Amazon a publié une vidéo de ce que nous pensions voir arriver dans le futur, mais qui est en fait beaucoup plus proche que nous le pensions ; en fait, qui est déjà là.

Dans la vidéo qui dure moins de deux minutes, on voit des gens scanner dans les rayons de l’épicerie en utilisant une application sur leur téléphone, puis choisir des articles dans les rayons et sortir directement du magasin sans payer à une caisse. Grâce à des algorithmes et à une technologie similaire que l’on trouve dans les voitures sans conducteur, le magasin sait quels articles sont pris et débite automatiquement votre carte par le biais d’un panier virtuel, presque comme si vous faisiez des achats en ligne.

Et bien que ce soit certainement fascinant et quelque chose qui nous ferait tous gagner du temps pendant nos routines d’achat, je ne peux m’empêcher de penser que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg et que des changements drastiques vont se produire rapidement.

 

Ce changement est réel et il se produit déjà

 

Selon une étude, 5 millions de Français travaillent dans la vente au détail, tandis que 3,4 millions travaillent comme caissiers, ce qui représente près de 6 % de l’emploi total. Et si vous pensez qu’il peut être nécessaire d’avoir du personnel de soutien pour réapprovisionner les rayons et nettoyer les déversements, etc., vous avez raison, mais l’automatisation de ces emplois n’est pas loin maintenant.

Mais n’oublions pas qu’il y a un mois, 50 000 bières ont été livrées par un camion sans conducteur. Et n’oublions pas qu’il y a environ 3,5 millions de chauffeurs routiers. 

Mais qu’en est-il des autres emplois qui ont de fortes chances d’être automatisés ? Combien de personnes travaillent dans chaque profession ? 

Les comptables ? Plus de 800 000.

Les serveurs ? 2,5 millions.

Secrétariat et assistance administrative ? 1 million.

Bien que la liste puisse se poursuivre (pendant un bon moment), je vais m’arrêter là.

En faisant une addition rapide et sans entrer dans les détails, (qui ne manquent pas), sachez que l’automatisation ne s’arrête pas là.

 

Pensées optimistes pour le futur

 

Je crois que nous avons l’opportunité de considérer les arts libéraux comme un diplôme de premier plan.

Je crois que nous valoriserons de plus en plus la créativité, la résolution de problèmes et les compétences sociales. Où la pensée critique sera sans égale et où nous serons formés pour nous adapter et évoluer avec le monde qui nous entoure afin de prendre les meilleures décisions pour nous-mêmes.

Je crois que nous serons éduqués comme des « penseurs » qui « font », et non des « faiseurs » qui « pensent » occasionnellement.

Je crois qu’il y aura plus de flexibilité et de temps libre pour travailler sur le monde dans lequel nous vivons et non dans celui-ci.

Je crois que nous adopterons quelque chose qui ressemble à un revenu de base universel (UBI) et que les gens seront plus libres de faire le bien dans leurs communautés.

Je crois que nous serons en mesure de nous connecter avec les gens.

 

Premièrement, il va y avoir de la peur. Le changement est effrayant. Il y aura des millions d’emplois perdus et il faudra une génération pour l’accepter. Mais alors que la génération suivante s’adaptera, une nouvelle génération d’automatisation aura lieu simultanément.

 

– Vous pouvez etre intéressé par –

Articles similaires

IENT : un espace numérique de travail

L’exploitation de IENT a considérablement augmenté suite à l’apparition de la crise sanitaire. Grâce à cette plateforme éducative, la communauté incluant les professeurs, les élèves

Agosap: Plateforme web loisirs

Si vous faites partie des bénéficiaires, vous pouvez découvrir sur cette plateforme dédiée les différentes formules d’activités de loisirs proposées par cette association. En effet, cette