Capitaliser ou dépenser les coûts

 

Capitaliser ou dépenser les différents coûts lors de la comptabilisation des actifs à long terme aura un effet sur la rentabilité de l’entreprise, ses ratios financiers et ses résultats. Les normes IFRS et U.S.GAAP ont toutes deux plusieurs règles pour déterminer si une dépense est un actif ou une charge. Bien qu’opérationnellement, les deux soient similaires, une différence mineure peut créer un impact éternel sur divers paramètres financiers de l’entreprise. 

Les dépenses sont soit capitalisées en tant que coût de l’actif dans le bilan de l’entreprise, soit passées en charges dans le compte de résultat de la période engagée. 

 

Effet de la capitalisation des coûts

Lorsqu’une dépense est capitalisée, elle affecte les états financiers de la manière suivante au cours de la période où elle est engagée :

Augmente l’actif du bilan de l’entreprise. 

Enregistrée sur le tableau des flux de trésorerie comme une sortie de fonds pour l’investissement.

Les flux de trésorerie provenant des opérations sont plus élevés.

La rentabilité est plus élevée dans ce cas par rapport à la dépense de la première année.

Les capitaux propres sont aussi plus élevés par rapport à la dépense initiale.

ROE et ROA plus élevés pour les premières années.

ROE et ROA plus faibles les années suivantes, car la charge d’amortissement réduit le revenu net.

Cet effet d’une augmentation de la rentabilité due à la capitalisation se poursuit jusqu’à ce que les dépenses d’investissement soient supérieures à la charge d’amortissement.

 

Dans les périodes ultérieures, l’effet est le suivant :

Le montant capitalisé est réparti sur la durée de vie utile de l’actif en tant que charge d’amortissement.

Le revenu net et la valeur de l’actif sont réduits en raison de la charge d’amortissement. 

Aucun effet sur l’état des flux de trésorerie, car l’amortissement est une charge sans effet sur la trésorerie.

Diminution de la rentabilité.

 

Effet de la comptabilisation des coûts en charges

Lorsqu’une dépense est classée comme une charge, elle affecte les états financiers de la façon suivante dans la période où elle est engagée :

Aucun enregistrement de l’actif au bilan.

L’EBITDA et le revenu net (RN) sont plus faibles.

La baisse du revenu net se traduit par une baisse des bénéfices non répartis.

Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation sont réduits, car la dépense est considérée comme une sortie de fonds provenant de l’exploitation.

Aucune dépense liée à la dépréciation/amortissement dans les périodes ultérieures.

La rentabilité au cours de la première année est inférieure à celle de la capitalisation des dépenses.

ROE et ROA inférieurs au départ, mais qui augmentent au cours des années suivantes.

La rentabilité au cours des périodes suivantes est supérieure à celle de la capitalisation des dépenses.

Entraîne une augmentation des multiples du marché, ce qui peut faire paraître l’action de la société surévaluée.

Cela appelle à ajuster les multiples basés sur le marché pour tirer profit du fait d’avoir de meilleures comparaisons.

 

Capitalisation des coûts d’intérêt

Les coûts d’intérêt sont les coûts associés aux fonds empruntés nécessaires à la construction et à l’acquisition d’un actif qui nécessite une très longue durée de temps pour être prêt pour son utilisation prévue. En général, les coûts d’intérêt sont capitalisés. On peut prendre le taux existant sur les emprunts ou le taux réellement encouru pour le taux d’intérêt qui doit être capitalisé. 

L’enregistrement des intérêts capitalisés varie en fonction de l’utilisation prévue de l’actif :

 

Actif destiné à l’usage captif de l’entreprise : Dans ce cas, les intérêts capitalisés sont enregistrés comme une partie de l’actif au bilan de l’entreprise. Il est ensuite passé en charge dans le cadre des frais d’amortissement sur la durée de vie utile de l’actif.

Pour la vente : Dans ce cas, l’intérêt capitalisé est enregistré comme une partie de l’inventaire dans le bilan de l’entreprise. Ils sont ensuite passés en charge dans le cadre du COGS (coût des marchandises vendues) après la vente de l’actif.

Il est impératif de prendre en compte à la fois la partie passée en charge et la partie capitalisée des dépenses d’intérêts pour calculer les ratios de couverture des intérêts.

 

Capitalisation des coûts de développement interne

Les coûts encourus lors du développement interne des actifs corporels sont le plus souvent passés en charge et non capitalisés. Cependant, il existe quelques exceptions à cette règle :

 

Selon les normes IFRS, les dépenses de recherche sont traitées comme des dépenses tandis que les dépenses de développement sont capitalisées en tant qu’actif.

Selon les normes comptables, les coûts de recherche et de développement sont censés être passés en charges. Toutefois, certains coûts engagés dans le développement de logiciels doivent être capitalisés.

La passation en charges des coûts de développement interne au lieu de leur capitalisation entraîne une baisse du NI dans la période engagée. Il est également traité comme une sortie de flux de trésorerie d’exploitation.

 

Effet sur les états financiers

L’inscription à l’actif et la passation en charges ont des effets différents sur les éléments financiers de l’entreprise comme suit :

 

L’actif total, les capitaux propres, le revenu net de la première année, les flux de trésorerie d’exploitation et la couverture des intérêts de la première année sont plus élevés en cas d’inscription à l’actif par rapport à ceux en cas de passation en charges.

La variabilité du revenu, le revenu net au cours des années ultérieures, les flux de trésorerie d’investissement, la couverture des intérêts au cours des périodes ultérieures, le ratio d’endettement et le ratio d’endettement sont plus faibles en cas de capitalisation par rapport à ceux en cas de dépenses.

 

– Vous pouvez etre intéressé par –

Articles similaires