Vous souhaitez lancer une activité professionnelle en optant pour le statut micro-entreprise ? Bien que le statut auto-entreprise soit simplifié et très apprécié, il implique diverses démarches bien précises qui sont bien encadrées par la loi. Vous devez les respecter pour que votre activité soit en bonne et due forme. Voici les principales étapes que vous devez prendre en compte pour pouvoir devenir micro-entrepreneur.

Déclarez le début de votre activité

En déclarant votre activité auprès de l’administration compétente, vous informez les différentes institutions fiscales et sociales de l’ensemble de votre projet. Voici donc les informations à fournir :

  • votre identité ;
  • votre adresse de correspondance ;
  • votre adresse professionnelle si vous en avez :
  • le type d’activité que vous souhaitez faire ;
  • le régime fiscal que vous avez choisi ;
  • le régime social que vous avez choisi : pour information, celui-ci est obligatoire pour les non-salariés. De ce fait, vous allez devoir choisir entre la CIPAV et le régime des indépendants.

Pour la déclaration de votre activité de micro-entrepreneur, il faut que vous remplissiez, soit en ligne, soit en version papier le formulaire dédié. Il sera ensuite transmis à l’URSSAF ou Unions de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales. Celles-ci se chargent ensuite de transmettre l’information auprès du service des impôts.

Choisissez la domiciliation de votre activité

D’après la loi, il est obligatoire pour toute entreprise française d’avoir une adresse physique. Elle doit être déclarée au CFE ou Centre de Formalités des Entreprises. Il est tout à fait possible que la domiciliation de votre micro-entreprise ne soit pas la même que votre lieu d’exercice. Vous avez un large choix de montages juridiques pour domicilier votre activité :

  • la société de domiciliation ;
  • la domiciliation commerciale à domicile ;
  • le centre d’affaires ou pépinière d’entreprise ;
  • l’utilisation d’un local commercial.

Souscrivez une assurance professionnelle

En tant qu’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur, vous êtes responsable de tous vos actes professionnels. C’est pourquoi il est indispensable de vous occuper de vos assurances professionnelles dès la création de votre micro-entreprise. Elles pourront en effet couvrir tous les risques relatifs à votre activité et protègeront ainsi vos biens. En plus de cela, elles vous aident à vous prémunir contre les dommages d’un tiers tout en vous protégeant, vous et vos revenus.

Notez que cette obligation d’assurance dépend essentiellement de votre activité. Elle est par exemple obligatoire pour les artisans. Bien qu’elle soit facultative pour d’autres activités, il vaut mieux l’adopter pour avoir une garantie de responsabilité civile.

Certaines compagnies d’assurances proposent des assurances spécifiques pour aller plus loin. L’assurance multirisque en fait partie. Elle a pour objectif de vous fournir une meilleure protection des contraintes relatives à votre activité, notamment le vol, l’incendie, les cataclysmes naturels, etc.

En plus de cela, il y a aussi les assurances auto spécifiques qui sont dédiées aux professionnels nécessitant un véhicule pour leurs déplacements professionnels : livraisons, rendez-vous, etc.

Assurez vos obligations comptables

Au tout début, votre micro-entreprise doit impérativement disposer d’un compte bancaire bien distinct de votre compte personnel. Notez que la comptabilité d’une micro-entreprise est allégée, moins contraignante. De ce fait, elle engendre peu de frais par rapport aux sociétés qui sont obligées de faire des déclarations de bilan chaque année. Comme il y a un temps de gestion et des frais de comptables en moins, cela est généralement considéré comme l’un des principaux avantages du statut de micro-entrepreneur. Il vous suffit d’avoir un logiciel de comptabilité et de facturation ainsi qu’un cahier d’achats et un cahier de recettes.